Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 04:00

index.jpg

LES CIOTADENS

PARLENT
AUX CIOTADENS

 

 

 

 

 

 

 

 

  LE PARC NATIONAL CONTRE-ATTAQUE

 

 

Article paru  le 15 novembre 2012 sous la signature d'Alain DUPUIS:

 

À la veille d’un conseil d’administration du parc national, le président, Daniel Gonthier, et la directrice, Marylène Hoarau, ont remis hier les pendules à l’heure. Ils présentent la future charte comme un projet de territoire associant activités humaines et préservation de la biodiversité.

 

Attaqué sur tous les fronts alors que sa future charte va être soumise à enquête publique (voir encadré), le parc veut reprendre la main sur le terrain de la communication.
« Il faut arrêter de dire n’importe quoi, » tempête Daniel Gonthier. « Le cœur du parc a repris quasiment les limites des espaces protégés par le schéma d’aménagement régional et les plans locaux d’urbanisme. Ces espaces étaient déjà inconstructibles, non défrichables et non cultivables à quelques exceptions près. L’aire d’adhésion, elle, est calquée sur le plan d’aménagement des hauts. Le parc n’y apporte aucune nouvelle réglementation. En revanche des actions et projets de développement y sont et y seront soutenus. Les propriétaires restent propriétaires. Ni le parc, ni l’Unesco n’ont changé les droits de propriété. L’espace habité de Mafate est reconnu. Des dérogations sont prévues pour assouplir les réglementations pour les résidents permanents et prendre en compte leurs besoins de développement. »
Quatre enjeux servent de colonne vertébrale à la future charte : préserver la diversité des paysages et accompagner leurs évolutions, inverser la tendance de la perte de la biodiversité, valoriser le patrimoine culturel des Hauts et assurer la transmission de ses valeurs et impulser une dynamique de développement économique pour les Hauts.
« La charte est un projet de territoire pour un développement durable des Hauts, » plaide Daniel Gonthier. « Elle propose d’allier usages et activités humaines avec la nécessaire préservation des paysages et d’une biodiversité inscrits au patrimoine mondial. »
Pour le président du parc national, la future charte peut servir de base à la réaffirmation d’une politique spécifique pour les hauts. « La charte peut être le moyen de sauver le plan d’aménagement des hauts et le programme européen Leader destiné aux zones rurales, » souligne Daniel Gonthier. « Par ailleurs, l’Etat envisage de diminuer de 20 à 30% le budget des parcs nationaux. »
Alain Dupuis
Le calendrier
21 juin 2012 : Le projet de charte est approuvé par le conseil d’administration du parc.
31 août 2012 : Lancement de la consultation des acteurs institutionnels. Sur les 24 communes, Saint-Joseph émet un avis favorable sur le principe mais reste réservé sur la méthode et la mise en application. Saint-Philippe émet un avis très réservé. Les Avirons et Saint-Leu émettent un avis défavorable. La Cinor et la Cirest votent favorablement. La Région exprime un avis favorable mais assorti de remarques. Le CESR et le Département ont également émis de sérieuses réserves.
4 décembre – 24 janvier 2013 : Enquête publique dans les 24 communes de l’île. Le parc a édité à 10 000 exemplaires une plaquette reprenant l’essentiel de la charte. Un dossier complet pourra être consulté dans chaque mairie et sur internet : www.reunion-parcnational.fr.
Mars 2013 : présentation du projet consolidé au conseil d’administration du parc en tenant compte des conclusions de l’enquête publique. Transmission aux instances nationales. Premier semestre 2013 : approbation de la charte après examen en Conseil d’Etat.
« Les 24 communes auront alors la liberté de choisir d’adhérer ou non à la charte, indique Marylène Hoarau. "Celles qui le feront pourront bénéficier prioritairement de soutiens financiers dans la programmation de l’Etat, notamment dans le cadre des contrats de projets Etat – Région". 
Le président du parc national n'a pas maché ses mots alors que les membres du collectif pour le maintien des activités (CMAC) manifestaient sous ses fenêtres. « Le CMAC est piloté par André Thien Ah Koon, accuse Daniel Gonthier. Il utilise Antoine Fontaine un ancien employé du parce que nous avons licencié car il dérobait des documents confidentiels. Les opposants tiennent sur les doigts d’une seule main. Il y a Axel Bègue qui détient un cheptel illégal de 60 bêtes sur 1 000 ha dans le Fond de la Rivière de l’Est pour lequel il perçoit des subventions. Nous lui avons proposé de les regrouper sur 150 ha, il refuse. À cela s’ajoutent trois marchands forains dont deux installés sur la route des Laves dans l’enclos. Eux aussi refusent les propositions d’installation sur un site à proximité de la coulée de 2004. En revanche, six éleveurs au Piton de l’Eau ont obtenu une dérogation, un éleveur dans les hauts de l’Ouest a accepté de se retirer et le Collectif des éleveurs de la Plaine-des-Palmistes a accepté de déménager du Piton Cabris”




 

 

http://memorix.sdv.fr/0/default/empty.gif 

Si vous souhaitez publier votre article dans LES CIOTADENS PARLENT AUX CIOTADENS, adressez ARTICLE et PHOTOS à:

bloglaciotat@yahoo.fr

 

 

 

67Béatrice de CROZET.

Comité Ecologique de Sauvegarde de La Ciotat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Béatrice de CROZET. - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA CIOTAT LES CIOTADENS PARLENT AUX CIOTADENS
  • LA CIOTAT LES CIOTADENS PARLENT AUX CIOTADENS
  • : LA CIOTAT:actualité politique,sociale,culturelle et économique de la Ciotat
  • Contact

Recherche

Pages