Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 04:00
314060 2200200137737 1629320263 2212216 479975144 n

LES CIOTADENS PARLENT AUX CIOTADENS


 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme en 2007, Ornithomedia.com a décidé d'envoyer aux différents candidats déclarés aux élections présidentielles de 2012 une série de questions concernant la protection des oiseaux et plus globalement de l'environnement. Après avoir publié les réponses de Corinne Lepage, présidente de Cap 21, nous vous présentons celles de Marine Le Pen, présidente du Front National (www.frontnational.com).
Le Front national (FN) est un parti politique nationaliste et souverainiste fondé en 1972.




Marine Le Pen
Marine Le Pen, Présidente du Front National
Source : Page Facebook de Marine Le Pen

1- Votre programme ne semble pas aborder les questions de protection de la nature, des espèces et de la biodiversité : pour quelle(s) raison(s) ? 

Marine Le Pen : 
Notre programme englobe l'ensemble des problématiques environnementales dans une dimension très écologique au premier sens du terme. En effet, que ce soit notre programme en faveur de la nature, notre programme en faveur de la protection des animaux, notre programme en faveur de la chasse, notre programme en matière d'aménagement du territoire ou de la ruralité, notre projet national converge à conserver notre patrimoine naturel et nos modes de vie tout en redynamisant nos campagnes. " La nature, c'est notre culture " comme le proclamait, il y a quelques années, la Fédération Nationale des Chasseurs. Vous savez que depuis peu la chasse est reconnue par la loi comme un élément incontournable de la biodiversité. Pour nous, cet élément est primordial et la conservation de notre faune, flore et de nos écosystèmes ne saurait être vendue sur l'autel des marchands du temple mondialiste. 
En France, la chasse est un sujet délicat. 

2- Etes-vous favorable au respect des dates européennes ou désirez-vous les modifier pour répondre aux demandes de certains représentants du monde de la chasse ? 

Marine Le Pen : Nous sommes favorables au respect de Dame Nature et de ses enfants. L'Europe ne doit décider d'une ouverture à la même date pour des terres qui vont du septentrion au midi le plus extrême. L'animal qu'il soit "halbran" (NDLR : nom donné aux jeunes canards sauvages) ou "pouillard" (NDLR : jeune faisan ou jeune perdreau) n'évoluera pas de façon identique suivant les territoires. C'est pourquoi je crois, comme Napoléon III, que l'on gouverne bien de loin mais que l'on n'administre que de près. En matière de biodiversité, aucune idéologie n'a le droit de prendre le pas sur la réalité du terrain. Je suis une pragmatique. Et seule, la Nature doit commander ce que nous devons faire. 

 

3- Que pensez-vous des chasses "traditionnelles" (chasse à l'ortolan, à la tenderie, à la glue, de nuit, ...) : souhaitez-vous leur suppression, surtout quand elles peuvent menacer certaines espèces ? 

Marine Le Pen : La tradition, quand elle n'est pas contraire à l'évolution, est un enrichissement de nos terroirs et de notre culture. La chasse au Bruant ortolan est aujourd'hui désuète et doit être interdite. Pour le bien de la biodiversité, et pour le bien de nos enfants, l'ortolan doit être aujourd'hui protégé par les pouvoirs publics sans aucune faiblesse. Il en va ainsi de notre patrimoine cynégétique et national. 
La tenderie ou la glue, quant à elles, concernent les grives. Elles sont strictement définies dans certains départements avec un cahier des charges important. Aucun argument ne peut donc valablement justifier l'interdiction de ces pratiques traditionnelles car elles ne menacent pas l'espèce des turdidés. Quant à la chasse de nuit, il est proprement scandaleux que seul le département de la Vendée pour des raisons historico-politiques ne puisse pas chasser les anatidés la nuit. Si la France est une et indivisible, si la France a pour devise Liberté-Egalité-Fraternité alors les chasseurs vendéens doivent pouvoir être des chasseurs français à part entière. D'autant que les Anatidés sont en recrudescence dans le Paléarctique occidental. Il est en revanche des espèces qu'il faudra protéger comme le Canard siffleur. Mais les chasseurs font la différence la nuit à leur vol et au bruit de leurs ailes entre une sarcelle, un chipeau, un pilet, un colvert ou un siffleur. 

4- Seriez-vous favorable à l'allongement de la liste des espèces d'oiseaux non chassables, surtout quand des rapports scientifiques mettent en avant le déclin de leurs populations ? 

Marine Le Pen : Oui, si cela est démontré sur le terrain par des experts. En revanche, il faudrait également dans le plus pur respect de la biodiversité que l'inverse soit aussi possible. En effet, en ce qui concerne les cormorans, par exemple, il est incompréhensible que cette espèce ne soit toujours pas considérée comme une espèce nuisible. De la même manière, les "becs droits" (NDLR : Corvidés) devraient être beaucoup plus régulés qu'ils ne le sont aujourd'hui. 

5- Au niveau européen, la France s'est engagée à respecter le programme "Natura 2000", qui a pour but de protéger des zones naturelles d'intérêt communautaire, mais elle est en retard dans le rythme de désignation de ces zones : que feriez-vous pour remédier à cette situation ? 

Marine Le Pen : On ne peut admettre qu'une autorité supranationale prenne ainsi " possession " de nos territoires et commande ce qu'il s'y passe. Depuis Philippe le Bel, la France est empereur en son royaume. C'est donc au souverain, le Peuple Français, de décider. En revanche, nous sommes parfaitement conscients qu'il nous faut protéger certaines parties de notre pays. La France, en ce domaine, a d'ailleurs été à l'avant-garde par la mise en place des parcs naturels nationaux. La création du réseau Natura 2000, avec les Directives europénnes Oiseaux et Habitats, est en soi quelque chose de positif. A condition, à l'exemple de l'Angleterre et de l'Irlande, que la France puisse définir non seulement ces zones, mais définir également les activités qui s'y dérouleront. Vous comprendrez aisément que si j'étais élue Présidente de la République française, je ne puisse céder notre souveraineté sur 13% de notre territoire et pour 30% de nos collectivités territoriales à une entité extra-nationale.

 

6- Souhaitez-vous une application stricte du principe "pollueur-payeur", y compris pour une certaine agriculture responsable d'une grande partie de la pollution des eaux et des sols ? 

Marine Le Pen : Le principe pollueur-payeur est déjà appliqué. La pollution des nappes phréatiques devrait être mieux surveillée. Mais je souhaite surtout que ce principe soit mieux respecté au niveau international. Il faut frapper de lourds droits de douane les importations provenant d'industries étrangères qui ne respectent pas la moindre norme environnementale et sociale. L'administration Obama a ainsi lourdement taxé les pneumatiques chinois à l'entrée des USA. De la même façon, je suis favorable à un meilleur encadrement du label bio (!!!! ASSEZ FORT ). La surveillance est satisfaisante sur le territoire français. En revanche, nous importons des produits bio de qualité douteuse, le riz asiatique par exemple, cultivé selon les méthodes traditionnelles mais en pompant des nappes polluées par des métaux lourds. 

7- De nombreuses espèces autrefois communes (Alouette des champs, Outarde canepetière, pies-grièches, ..) disparaissent suite notamment à des pratiques agricoles intensives ou défavorables : quelles mesures prendriez-vous pour stopper ce déclin ? 

Marine Le Pen : Vous le constatez comme nous, ce n'est heureusement pas la chasse qui détruit les espèces animales. L'urbanisation, la densification du réseau routier, l'emploi des pesticides et des engrais à outrance, la modification de notre espace cultural, la mécanisation de l'agriculture, la modification des sols sont en grandes parties responsables, sous l'impulsion de la Politique Agricole Commune de l'Union européenne, de la détérioration de notre biodiversité. En effet, ce ne sont pas les chasseurs qui ont tué les papillons. Je reconnais comme vous très certainement que le " gaucho " est responsable de l'élimination de nos abeilles. L'Europe est de facto responsable de la mise à mal de notre biodiversité. Malgré les pseudos plans en faveur de l'outarde, cet animal a beaucoup de mal à se développer alors qu'elle est protégée. Il faut donc revenir à une agriculture non pas "raisonnée" comme le veut la FNSEA (www.fnsea.fr) mais "raisonnable". 
Je m'emploierai à retrouver en agriculture également le chemin de la tradition (bio, circuit court, polyculture, etc.), seul moyen susceptible de protéger notre patrimoine. 

 

Si vous souhaitez publier un  article dans LES CIOTADENS PARLENT AUX CIOTADENS, adressez ARTICLE et PHOTOS à:

 

            bloglaciotat@yahoo.fr

 

 

227771 1040862632029 1539462824 30121633 6903 nCOMITE ECOLOGIQUE DE SAUVEGARDE DE LA CIOTAT.

Partager cet article

Repost 0
Published by COMITE ECOLOGIQUE - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA CIOTAT LES CIOTADENS PARLENT AUX CIOTADENS
  • LA CIOTAT LES CIOTADENS PARLENT AUX CIOTADENS
  • : LA CIOTAT:actualité politique,sociale,culturelle et économique de la Ciotat
  • Contact

Recherche

Pages